Le monstre du loch ness - Légende ou réalité ?

 

Le Loch Ness est un lac (loch) qui se trouve à 150 Km au nord de Glasgow et dans la région des Highlands, avec les villes de Fort Augustus au Sud et Inverness au Nord. C'est surtout avec ses 40 kms de long et  ses 230 m de profondeur le plus grand lac du Royaume Uni. C'est, enfin, un lac sombre, aux eaux froides et à la visibilité sous l'eau très réduite tant les particules de tourbe en suspension sont nombreuses. Le lac, qui est à 16 m au-dessus du niveau de la mer, communique avec celle-ci par la rivière Ness. Il y a dix mille ans, quand les glaciers recouvraient l'Écosse, il semble que le Loch Ness devait communiquer avec la mer. Une fois le poids de ces glaciers disparu, le sol s'est soulevé de 16 m, isolant les eaux du lac. Les animaux qui y vivent ne sont donc là que depuis moins de dix mille ans.

Depuis toujours, les légendes des peuples du Nord sont peuplées de monstres marins. Beaucoup font référence à uneSt Columba créature au dos bombé et au long cou. C'est probablement en leur honneur que les Vikings ornaient de "dragons de mer" la proue de leurs drakkars.En Scandinavie, autour du lac de Storsjö, on peut encore voir le matériel mis en place au XIXe siècle pour capturer un monstre local. En Irlande, on parle beaucoup des kelpies ("chevaux de mer") dans la région des loughs du Connemara.Le premier rapport qui relate une apparition sur la rivière Ness date de 565 de notre ère, curieusement, on ne s'est intéressé que très récemment au "monstre" du Loch Ness. Dans ce premier rapport, c'est un saint qui met le monstre en fuite. En effet, St Columba venut en 565 évangéliser les Highlandais, croisa un enterrement aux abords du Loch Ness. Le défunt avait été attaqué par une bête aquatique alors qu'il pêchait sur le lac. A la demande de Columba, un de ses disciples gagna à la nage l'endroit où ce malheur s'était produit, et le monstre surgit aussitôt des flots. "Tu ne toucheras pas à cet homme. Retourne sur-le-champ d'où tu viens !" ordonna le saint en faisant le signe de croix. La créature obtempéra. Et les témoins édifiés par ce miracle, embrassèrent la foi chrétienne.

Par la suite, les témoignages sur le monstre restent liés à des superstitions locales. Au XIXe siècle, les aristocrates qui viennent chasser dans les Highlands entendent parler des fabuleuses créatures des lochs. Certains en aperçoivent même, au lever du jour, et leur trouvent une "tête de cheval". Dans le même temps, les marins rapportent l'existence de "monstres marins" identiques à ceux des lochs. On interdisait alors aux enfants de se baigner dans le Loch Ness, par crainte du "kelpie".

le monstre du Loch NessEn 1933, une route touristique est construite sur la rive nord du lac. Aussitôt, les touristes se mettent à affluer dans la région et le nombre de ceux qui ont "vu" le monstre grimpe en flèche. Le premier grand article sur le sujet paraît le 14 avril 1933, dans "l'Inverness Courrier".  Quand le Daily Mail publia, en 1934, un cliché du monstre pris par le chirurgien londonien Robert Kenneth Wilson, les chasseurs de chimères commencèrent à affluer - on sait depuis la fin des années 1980 que la photo était en "poisson d'avril" !

Tim Dinsdale filma en 1960 une masse imposante - apparemment animée - traversant le loch, mais de trop loin pour être identifiée formellement. On y voit une bosse se mouvoir lentement au loin, puis traverser le champ de la caméra avant de plonger. L'analyse du film a conclu que l'objet filmé était "probablement en mouvement" et qu'il mesurait environ l,70 m de largeur. Sa vitesse estimée était de l6 km à l'heure.

Nessie, comme on surnomme affectueusement le monstre, se serait plusieurs fois aventurée sur le plancher des vaches. En 1522, un certain Duncan Campbell vit "une terrible bête au bord du Loch". Plus récemment, le 22 février 1999, une créature de 10 à 15 mètres de long a été signalée sur la plage près de Dores. Plusieurs plongeurs auraient aperçu le monstre, malgré l'opacité des eaux du Loch. En fait au Loch Ness Investigation Bureau, des milliers de témoignages oculaires troublants ont été enregistrés. Beaucoup sont extraordinairement détaillés : la créature aperçue aurait un long cou, parfois dressé, des bosses sur le dos, et elle se déplacerait assez rapidement (voir rubrique "apparitions" sur ce site).

Photos du monstre du loch nessLes techniques modernes, avec le sonar, ont apportées de nouveaux éléments. En 1964 une équipe d'Oxford et de Cambridge obtient un écho particulier, bien plus fort qu'un écho produit par des saumons. Trois bateaux se mettent aussitôt en chasse le long du Loch Ness et tentent de détecter la créature susceptible de renvoyer un tel écho. Ils auront de nombreux "contacts", mais ne parviendront pas à identifier la source de leur écho. En 1968, sous la direction du professeur D.G. Tucker, un groupe de chercheurs de l'université de Birmingham débarque sur les rives du Loch Ness avec un sonar digital automatique. Le 28 août, un objet qui se déplace à l2 km/h est repéré sur le fond du lac. Un peu plus tard, un autre écho donne une vitesse de 25 km/h : manifestement, il ne s'agit ni d'un banc de poissons ni d'un gros poisson isolé.

La seule conclusion tirée des explorations au sonar tient en une phrase : il y a, dans le lac, une ou plusieurs créatures vivantes, plus grandes que des saumons, dont les mouvements sont différents de ceux des poissons, surtout en plongée.

On ne sait donc toujours pas si Nessie est bien présente ou non dans le lac, et, dans l'affirmative, de quel animal il peut s'agir. Plusieurs avis divergent à ce sujet. Le "reptile" : incontestablement la plus populaire. Contre elle, il existe cependant un certain nombre d'arguments d'ordre biologique. Tout d'abord, la température des eaux du LochNessie - Poisson ? Mammifère ? est sans doute trop basse pour permettre à un reptile de rester actif. Ensuite, un reptile serait obligé de faire surface pour respirer, ou de venir à terre pour pondre ses œufs. Notons pourtant qu'il existe certaines exceptions, qui confirment ces règles : les tortues d'eau douce d'Amérique du Nord peuvent ainsi nager sous la glace qui recouvre les lacs. La tortue lyre, elle, parvient à maintenir sa température au-dessus de celle du milieu ambiant. Certains spécimens de cette espèce ont été capturés au large des côtes occidentales de l'Écosse.La piste "mammifère" paraît cependant plus probable. La plupart des phoques, par exemple, se sentent "comme des poissons dans l'eau", même à des températures très basses. Pourquoi la créature du lac ne serait-elle pas une sorte de phoque à long cou ? La seule objection solide contre cette hypothèse reste le problème de la reproduction : les phoques s'accouplent sur la terre ferme et y élèvent leurs petits. De plus, ils ont besoin de faire surface régulièrement pour respirer.

Alors, le monstre serait un poisson ? Après tout, cela pourrait expliquer les rares apparitions en surface et le mode de reproduction discret. Malheureusement, la plupart des témoignages ne décrivent pas Nessie comme un poisson, même géant. De leur côté, les habitants de la région du Loch Ness font valoir qu'il pourrait s'agir d'une anguille géante, d'une espèce inconnue. Et les échos sonar recueillis peuvent suggérer des mouvements comparables à ceux des anguilles.

Alors si vous allez au bord du Loch, préparer votre appareil photo, et vous ferez peut-être partie des chanceux qui apercoivent le monstre !

 

 

Magic Scotland / 2012