Ian Rankin

Ian Rankin

1960

L’auteur écossais Ian Rankin, est actuellement considéré comme l’un des incontournables du polar avec 250.000 exemplaires vendus à chaque nouveau livre. Il est né en avril 1960 dans le comté de Fife à Cardenden, petite cité minière. Après avoir suivi les cours dans sa ville natale , il s’inscrit à l’université d’Edimbourg, bien décidé à obtenir une maîtrise en littérature anglaise.

Avant et après l’université, l’écrivain pratiqua divers petits métiers, tous plus pittoresques les uns que les autres : ouvrier dans un élevage de poulets, porcher, investigateur d’alcools, percepteur d’impôts et vendangeur. Il réalisa même très brièvement son rêve d’être musicien en se joignant comme chanteur à un groupe punk : les "Dancing Pigs", le deuxième plus grand groupe punk de Fife, aux dires de Rankin, que ces lecteurs connaissent bien, puisque dans, pratiquement chaque roman, le groupe est mentionné.

Ian Rankin a toujours adoré la lecture et l’écriture ; gamin il créa ses propres BD dont le style était nettement influencé par "The Beano" et les "Fantastic Four" ; si ses talents de dessinateur avaient été meilleurs, il aurait probablement poursuivi dans cette voie. A 12 ans, il s’inventa un groupe pop et se mit à composer des chansons ; si ses dons musicaux avaient été réels, Rankin se serait lancé dans une carrière de rocker. Au lieu de quoi, ses chansons pop se transformeront en poèmes et lorsqu’il atteint l’âge d’entrer à l’université, ses poèmes lui avaient déjà valu quelques prix.

C’est à l’université que Ian Rankin va passer de la poésie à l’écriture de nouvelles, glânant ici encore quelques petits prix littéraires. Finalement, l’une de ses nouvelles prit tellement d’envergure qu’elle devint un premier roman. Alors qu’il était censé étudier la littérature anglaise, Rankin écrivit ses trois premiers romans, dont le dernier d’entre eux fut " Knots & Crosses" , première enquête de l’inspecteur John Rebus.

Lorsque l’argent de la bourse d’études fut épuisé, Ian Rankin épousa Miranda Harvey, une ancienne condisciple d’université ; ils s’installèrent à Londres où Ian devint assistant au National Folktale Center ; il se dirigea ensuite vers le journalisme, devenant assistant-éditiorialiste du mensuel "Hi-Fi Review" et ensuite éditeur à part entière de cette prestigieuse revue.

Pendant ce temps, il poursuit son métier d’écrivain avec des romans d’espionnage, des thrillers. Il n’entrait pas dans ses intentions d’écrire un second roman avec Rebus comme protagoniste, jusqu’au jour où quelqu’un lui demanda ce qu’il était advenu de l’inspecteur. Ian écrivit donc une deuxième enquête, puis une troisième... il en est actuellement à la seizième enquête de Rebus et cela fait environ 20 ans qu’il côtoye son personnage fétiche. Rebus flic exceptionnel mais homme avant tout, vivant avec ses craintes, ses angoisses, connu pour sa forte tête, et son goût (trop) prononcé pour le whisky.

Ian Rankin dit de son personnage : "Rebus est comme Edimbourg, commente Rankin. Il ne se dévoile jamais complètement. Il garde ses émotions cachées. Chaque livre perce un peu la carapace, mais sans jamais mettre le bonhomme à nu." Tout comme l’inspecteur "Morse" doit son nom à l’alphabet-code éponyme, c’est lors du cours de sémantique que l’auteur songea au nom de "Rebus", en résolvant les petits problèmes imagés que nous connaissons tous.

Ian Rankin est un peu auteur-businessman, à la tête d’une petite entreprise mais son travail préféré est celui d’écrivain. Son fils cadet âgé de 11 ans, est atteint du syndrome d’Angelman, un handicap irréversible. Son état nécessite des soins constants, un équipement pointu occasionnant beaucoup de frais ; comme le garçon aura besoin de soins et d’assistance tout au long de sa vie, Rankin écrit aussi afin d’avoir suffisamment d’argent pour mettre son fils à l’abri des problèmes financiers auxquels il lui faudra faire face toute sa vie, car comme le dit Rankin "dans 60 ans, mon fils sera toujours vivant mais mon épouse et moi ne seront plus là pour nous occuper de lui".

En 1992, Ian Rankin obtint le célèbre Chandler-Fulbright Fellowship, l’un des prix les plus prestigieux pour les écrivains de romans policiers, créé par Raymond Chandler en personne. Ce prix l’entraînera aux Etats-Unis pendant six mois, l’auteur en profitant pour traverser le pays de part en part à bord d’un vieux camper VW datant de 1969 !

Après avoir passé six années en France, dans le périgord, Ian Rankin est revenu vivre avec sa famille à Edimbourg, la ville qui partage la vedette des polars de l’inspecteur Rebus. Il a reçu en mai 2005 le CWA Cartier Diamond Dagger pour l'ensemble de son œuvre. Jusqu’où Rankin souhaite-t-il accompagner son personnage ? Rebus approche aujourd’hui les 55 piges. "Dans la police d’Edimbourg, les flics prennent leur retraite à 60 ans", prévient Rankin

 

 

Rankin - Ainsi saigne-t-il

Rankin - L'ombre du tueur

Rankin - Rebus et le loup-garou de Londres

Rankin - La colline des chagrins

Rankin - Le fond de l'enfer

 

 

Magic Scotland / 2012